Vous êtes ici : Accueil > Territoires > Prix des terres

Prix des terres

Les flux rss du siteImprimer la page

Comprendre le prix des terres et des prés

Le prix des terres est influencé par divers éléments dont la qualité des sols, l’accessibilité, la configuration et l’équipement de la parcelle, la localisation du bien, la pression foncière locale et les orientions d’aménagements voire le zonage communale.

Il est donc difficile de déterminer la valeur d’un bien pour sa vente sans une expertise du marché foncier local et sans une évaluation de potentiel de revenu (fermage ou rendement).

Ainsi la valeur officielle publiée à l’Agreste ne doit être utilisée qu’à titre indicatif dans les négociations. La SAFER ou des experts fonciers peuvent vous aider dans cette évaluation.   

Toutefois, les besoins de la fiscalité (évaluation d’un patrimoine, dédommagement en cas d’expropriation ou d’établissement de servitude d’utilité publique) ont nécessité d’établir officiellement la valeur des terres  libres c'est-à-dire sans « locataire » et de valeur des terres louées.

Ces valeurs sont établies par petites régions naturelles dans chacun des départements français.

La Haute-Marne est divisée en trois zones, pour déterminer la valeur vénale officielle d’un terrain, il est important de connaître ce zonage.

Eléments déterminants la valeur vénale officielle des terres et des prés

(source Agreste)  

Pour les terres et prés, les chiffres départementaux et régionaux correspondent à la moyenne, en € constants, des prix de marchés enregistrés sur trois ans après avoir éliminé les 10 % de transactions les moins chères et les 10 % de transactions les plus chères.

Les séries de prix des terres et prés incluent à la fois les acquisitions des agriculteurs et des « non agriculteurs ».

NB : Jusqu'en 2007, le service statistique du Ministère en charge de l’agriculture estimait le prix des terres agricoles afin d’alimenter le barème indicatif de la valeur vénale des terres publié au journal officiel, barème qui a été institué par la loi d’orientation agricole de 1980.

Pour ce faire, il s’appuyait sur des tableaux statistiques fournis par Terres d’Europe-Scafr, sur un champ légèrement différent de celui suivi dans le cadre de l’Observatoire du marché immobilier rural. Les tableaux étaient complétés par diverses enquêtes locales auprès de notaires ruraux ou d’experts.